agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

CREA Portails : www - étudiants - personnels CREA

Vous êtes ici : fr > La Revue > Parcours anthropologiques n°8 (2012) > 2. Présentation

2. Présentation

 

Jorge P. Santiago

Les pratiques musicales dont il sera question dans ce numéro de Parcours Anthropologiques, qui mettent en relief différents genres musicaux et esthétiques, donnent le ton de la place que nous réservons, avec des collègues anthropologues d'autres institutions universitaires, aux musiques, aux chansons, aux sonorités et ainsi à la place du son dans l'appréhension anthropologique. Certains des genres musicaux abordés sont formés dans l'espace des diasporas africaines sur le continent américain ou européen et de celles qui en découlent en Afrique ou en Israël où se configurent des formes musicales qui ne cessent de se transformer qui sont devenues aujourd'hui des phénomènes internationaux et transnationaux. De près ou de loin, c'est autour de ces aspects que ce numéro spécial de la revue du CREA reprend ses activités en musique à partir d'une nouvelle configuration, après une interruption de ses parutions. Et c'est grâce à un vrai travail collectif, avec beaucoup d'engagement de la part des collègues du CREA impliqués dans ce projet, que ce numéro voit le jour.

En fait, il marque nos travaux au sein de notre Centre de recherches pour relancer la revue du CREA, Parcours Anthropologiques, qui existait jusqu'ici uniquement au format papier, en lui donnant une nouvelle configuration en termes de politique éditoriale, de modalité de la publication, de support et de dispositif de diffusion. Il correspond à l'une des étapes finales des démarches nécessaires effectuées avec Marina Rougeon et avec la participation et l'aide précieuse de Jean-Baptiste Martin, Annie Paul et François Laplantine, pour la reconstitution des anciens dossiers administratifs du CREA et le montage du dossier scientifique concernant la demande d'accession à la plateforme électronique revues.org et pour la publication d'une revue d'anthropologie répondant aux exigences actuelles des organismes nationaux et internationaux de recherche.

En ce sens, outre l'élaboration de ce numéro, initialement organisé au sein du CREA, nous avons formé un comité scientifique composé de personnalités de la discipline de renommée internationale et très majoritairement extérieures à l'Université Lumière Lyon 2. Il a été constitué par consultation individualisée à tous ses membres qui ont été associés à la mise en place des nouvelles configurations de Parcours Anthropologiques. De plus, même si le comité scientifique n'a pas une fonction de comité de lecture, nous souhaitons que ses membres soient des interlocuteurs pouvant être consultés ou sollicités ponctuellement en fonction des projets éditoriaux menés et des axes thématiques privilégiés par numéro. Les membres de ce conseil assurent ainsi une contribution aux activités scientifiques du CREA et de la revue Parcours Anthropologiques.

Nous avons également constitué un comité de rédaction, lui aussi à caractère international et composé de chercheurs extérieurs à notre université et au CREA, comptant sur la participation de certains membres du laboratoire et de plusieurs experts de différentes institutions universitaires. En lignes générales, les membres du comité de rédaction sont invités à procéder au travail d'évaluation des articles proposés, après une première évaluation réalisée par les responsables des dossiers thématiques ou des rubriques, participent au choix des rapporteurs, et éventuellement au travail de lecture des textes.

Outre la formation de ces comités, parmi les mesures nécessaires à l'accession à la plateforme électronique revues.org, il nous a fallu définir et arrêter, pour la suite de ce numéro, une procédure de sélection des textes pour Parcours Anthropologiques, en nous inspirant d'autres revues similaires à la nôtre ayant adhéré à la plateforme mentionnée. Notre revue peut ainsi, selon les thématiques proposées par numéro, ou dans le cas d'un numéro spécial, envisager de diffuser un appel à contribution. Par la suite, les articles soumis font l'objet d'une première évaluation par les responsables des dossiers thématiques ou des rubriques concernées, qui jugent de leur qualité scientifique et de leur adéquation au numéro en préparation. L'étape suivante est celle de la transmission des articles anonymisés au comité de rédaction. A travers des réunions et en concertation avec les responsables du numéro thématique, le comité de rédaction désigne alors deux rapporteurs parmi les membres du comité de rédaction et/ou du comité scientifique, le cas échéant en faisant appel à un rapporteur extérieur ou à une commission ad hoc en fonction de la thématique ou de la rubrique. En ce sens l'ensemble des personnes désignées pour rapporter sur les textes constituent le comité de lecture.

Les responsables de numéro ou de rubriques établissent une date pour la remise des rapports et sollicitent les lecteurs désignés pour la transmission de leurs appréciations au comité de rédaction. En cas d'avis divergents entre les deux rapporteurs, un troisième lecteur est sollicité de la même manière. En fonction des appréciations finales, les auteurs seront informés de l'acceptation ou non de leurs travaux.

Désormais, nous disposons également d'un comité de lecture. Il est composé du comité de rédaction et de membres extérieurs sollicités, pouvant par ailleurs appartenir au comité scientifique, en fonction de la thématique du numéro. C'est ainsi qu'un comité de lecture a été formé par des membres extérieurs au CREA pour la sélection des textes devant intégrer ce numéro 8 de Parcours Anthropologiques.

Enfin, la politique éditoriale adoptée se propose d'être en adéquation avec le projet scientifique de notre laboratoire. Sachant que dans le cadre du plan quadriennal en cours, nous partons du présupposé que les pratiques de terrain et les spécificités du travail ethnographique en anthropologie restent au centre de la discipline, tout en considérant le fait que cette notion a acquis de nouvelles significations et s'inscrivent autrement dans la sémantique du champ disciplinaire. Par les numéros thématiques que nous proposerons, nous chercherons à répondre aux questionnements que cela suscite à l'heure actuelle, en temps de mondialisation et NTCI, tout en prenant également en compte que la conception de terrain est différente au sein des différentes disciplines des sciences de l'homme mais qu'elle garde ses spécificités en termes d'anthropologie.

Nous proposons donc une politique éditoriale qui dans le cadre général de la mondialisation se consacre à la place des outils, des techniques et des formes de transmission, mais aussi aux réflexions sur la place du corps, de la nature, des arts, du patrimoine, de la ville et ses territoires, de la religion, du son, de l'image, de l'oralité et des nouvelles modalités d'élaboration du récit ethnographique. De même, dans la mesure où nous sommes confrontés à l'articulation entre les anciennes et les nouvelles formes d'écriture de l'anthropologie, il s'avère nécessaire que cette politique considère l'inscription, la réception, la proximité ou l'éloignement entre les sujets respectifs de recherche et les approches des auteurs dans leur lien avec les axes et la dynamique de recherches du CREA.

Le projet éditorial du CREA concernant Parcours Anthropologiques est donc de faire de notre revue un espace de rencontres d'idées, et de mise en discussion de l'actualité de la recherche en anthropologie. Dans ce sens, la revue sera à la fois un organe dans lequel les chercheurs du CREA pourront s'exprimer et aussi un espace ouvert à des collègues de plusieurs institutions extérieures au niveau national et international, et particulièrement celles auxquelles nous sommes liés par des partenariats de différentes natures en termes de recherche et d'activités scientifiques.

Intitulé « Anthropologie des pratiques musicales. Relevés ethnographiques et travaux en cours », ce numéro 8 que nous avons co-organisé avec Pauline Guedj, qui a également assuré la relecture des textes avec la participation d'Alice Aterianus-Owanga, vient non seulement marquer la continuité de Parcours Anthropologiques mais surtout la rendre désormais accessible en ligne à nos lecteurs.

Avec Pauline Guedj, responsable de la coordination éditoriale du CREA, Marina Rougeon, secrétaire de rédaction de la revue et organisatrice du dossier de demande d'accession à revues.org auprès du Cléo, et Marie-Pierre Gibert, directrice adjointe du CREA, nous venons remercier tous ceux qui ont permis à ce travail d'aboutir.


mise à jour le 7 décembre 2012


Université Lumière Lyon 2