agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

CREA Portails : www - étudiants - personnels CREA

Vous êtes ici : fr > Membres > Membres titulaires > Marie-Pierre GIBERT

Marie-Pierre GIBERT

 

maj : 27 mai 2011

Maître de conférences en anthropologie à l'université Lumière Lyon 2

Directrice adjointe du CREA

PrésentationPublications

marie-pierre.gibert@univ-lyon2.fr

Titulaire d'une thèse de doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie (Ecole des Hautes Etudes/LMS-UMR 8099), Marie-Pierre Gibert a d'abord mené des recherches en Israël sur le rôle de la danse ? et plus spécifiquement des répertoires dansés des Juifs yéménites - dans la (re)construction d'identités nationales, régionales, ethniques, et religieuses dans le double contexte de migration et de construction d'un Etat-Nation. Faisant suite à ce travail, et après deux années d'ATER à l'Université de Clermont-Ferrand 2, elle est engagée de 2006 à 2009 à l'Université de Southampton (Royaume-Uni) au sein du projet « Diaspora as Social and Cultural Practice: a Study of Transnational Networks across Europe and Africa? (TNMundi). Cette recherche approche la migration par le biais des trajectoires et des réseaux de musiciens issus d'anciennes colonies françaises (Madagascar, Afrique du Nord) dans un contexte post-colonial (France) et post-post-colonial (Royaume-Uni).

Deux axes principaux émergent de ces différentes recherches. Le premier porte sur l'instrumentalisation (volontaire ou non) des pratiques corporelles et culturelles (danse, musique) en situation de rapports de pouvoir inégaux : migration, (post)colonialisme, mouvements sociaux, revendications locales ou nationales, développement, tourisme. L'approche propose de tenir ensemble une analyse des contextes de production, de performance (spectaculaire ou non) et de réception de ces pratiques, une identification des différentes catégories d'acteurs impliqués et de leurs motivations, et une étude de la forme et de la matière même de ces pratiques, afin de saisir comment s'effectue en pratique cette instrumentalisation. Le second axe s'intéresse à la question du travail et des identités professionnelles en l'articulant à celle de différentes formes de mobilité transnationale.


mise à jour le 27 mai 2011


Université Lumière Lyon 2