agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

CREA Portails : www - étudiants - personnels CREA

Vous êtes ici : fr > Publications/Réalisations > Productions et contributions des membres du laboratoire > Panafricanisme, religion akan et dynamiques identitaires aux Etats-Unis

Panafricanisme, religion akan et dynamiques identitaires aux Etats-Unis

 

Le chemin du Sankofa (2012)

Des montagnes de l'arrière-pays d'Accra aux rues animées des quartiers afro-américains de New-York, l'auteur nous invite à suivre le processus de diffusion et d'implantation de la religion akan aux Etats-Unis, son intégration dans le champ religieux afro-américain et son rôle dans l'élaboration de revendications identitaires complexes et sans cesse redéfinies.

Ghana, 1965. Gus Dinizulu, un musicien afro-américain des États-

Unis, en tournée en Afrique de l'Ouest, découvre un lieu de culte

populaire dans la région, l'Akonedi Shrine. Accueilli par la prêtresse en

chef, introduit aux cultes des divinités vénérées sur place et anobli par

les autorités politiques locales, celui-ci décide d'exporter les pratiques

et rituels du lieu aux États-Unis et de fonder à New York une première

maison de culte akan destinée exclusivement aux Afro-Américains.

En Amérique du Nord, le projet de Dinizulu répond à un désir chez

certains militants noirs d'emprunter le chemin du Sankofa, c'est-à-dire

de partir à la recherche de leurs racines et de construire sur le territoire

national des espaces d'africanité où ce qu'ils reconnaissent comme leur

culture originelle serait accessible et reproductible. Des montagnes de

l'arrière-pays d'Accra aux rues animées des quartiers afro-américains

de New York, des bibliothèques universitaires ghanéennes aux caves

de Philadelphie, Pauline Guedj nous invite à suivre le processus de

diffusion et d'implantation de la religion akan aux États-Unis, son

intégration dans le champ religieux afro-américain et son rôle dans

l'élaboration de revendications identitaires complexes et sans cesse

redéfinies.

guedj.jpg

Pauline Guedj est anthropologue, maître de conférences et membre du

Centre de Recherches et d'Études Anthropologiques (CREA) à l'Université

Lyon 2. Elle est également chercheure associée au laboratoire Les Afriques

dans le Monde (CNRS-IEP Bordeaux). Elle mène actuellement des

recherches sur les processus de transnationalisation de pratiques et !gures

musicales noires et métisses entre États-Unis et Europe.


mise à jour le 10 janvier 2013


Université Lumière Lyon 2